Mariages arrangés et bonheur conjugal sont-ils compatibles ?

Une étude sur le bonheur conjugal à travers le cas des mariages des légitimés de Louis XIV (février-mars 1692)

L’Etat glorieux et florissant de la famille royale par le nombre et le mérite des princes et princesses qui la composent. coll. Henin, Estampes relatives à l’Histoire de France, tome 73, pièces 6405-6485. Paris, 1699, gravure à l’eau forte et burin. 

En 1692, Louis XIV a conclu les mariages de deux de ses enfants légitimés : Louis-Auguste, duc du Maine et Françoise-Marie, dite Mlle de Blois II, issus de sa liaison de longue durée avec Mme de Montespan. Le premier épouse une princesse de sang, Anne-Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé, petite-fille du Grand Condé ; la seconde s’unie au propre neveu du roi, Philippe, duc de Chartres, fils de Philippe, duc d’Orléans et de la princesse Palatine. Ces unions sont splendides et mettent en lumière tant la paternité affirmée du roi que le faste versaillais au service des légitimés, mais elles matérialisent, aux yeux de la Cour, un acte de suprématie absolutiste du monarque.

Mariages arrangés par le Roi-Soleil, ces unions sont représentatives des alliances ayant lieu dans les hautes sphères de la société européenne du XVIIe siècle, période où les membres des familles régnantes multiplient les dispenses de consanguinité[1] pour épouser des individus plus ou moins proches de leur famille. Cette élite européenne, royale ou princière, forme une « société des princes »[2] avec des liens filiaux serrés. Leurs mariages arrangés, que ce soit pour des raisons politiques, économiques ou géostratégiques, constituent la norme. Pourtant porteurs de moins d’enjeux à l’échelle internationale – et ce d’autant plus que le royaume de France est en guerre – les mariages de 1692 ne font pas exception à la règle. De ce fait, les couples ainsi formés sont rarement accordés et les cas où les ménages parviennent au bonheur conjugal sont rares.

Si le bonheur est une aspiration connue depuis l’Antiquité[3], il est surtout lié à la chance et au hasard, du moins dans son étymologie : c’est quelque chose qui nous échoit, sans que l’on s’y attende. De ce fait, le bonheur peut paraître précaire et échappe à une quelconque maîtrise. Pourtant, le bonheur est défini à la fois comme un état durable de satisfaction, mais aussi comme un bien à part entière, avec la particularité que, dans le monde chrétien[4], le bonheur n’appartiendrait pas au monde des vivants. Il n’est atteignable que dans la communion avec Dieu et la félicité qu’elle procure à ceux qui sont sauvés après le Jugement dernier. Cependant, certains auteurs du XVIIe siècle, comme Jacques Chausse de La Terrière[5] ou François Joyeux[6] ont tenté, dans des traités et des essais, de réfléchir sur les liens entre mariage et bonheur, nous permettant ainsi de conduire une réflexion sur la façon dont les mariages des légitimés de 1692 ont pu, ou non, atteindre ce bonheur.  Dans leurs traités, Joyeux et Chausse de La Terrière s’attachent à détailler toutes les étapes du mariage, du choix de l’épouse à la vie quotidienne après le mariage, en passant par les fiançailles et la cérémonie elle-même ; ils sont également prolifiques en matière de conseils et recommandations pour qu’une union fonctionne correctement et que le ménage soit heureux. Selon Chausse de la Terrière, il faut respecter quatre règles préétablies afin d’atteindre le bonheur conjugal. Si ces règles relèvent du bon sens, elles ne s’appliquent pas toujours aux mariages arrangés, et encore moins aux unions que contractent les légitimés en 1692.

La première règle à respecter énoncée par Chausse de La Terrière est de  « demander à Dieu une femme selon son cœur »[7],  c’est-à-dire que chaque individu hérite d’une femme, « bonne ou méchante »[8], selon ses actions passées et selon la volonté de Dieu. L’auteur précise que chaque homme est destiné à une femme, et qu’il faut implorer Dieu pour qu’il en choisisse une qui corresponde parfaitement à chacun. Après avoir prié Dieu d’obtenir une femme qui s’accorde à son cœur, l’homme se doit de chercher, sur Terre, une femme qui « plaise à vos yeux et qui s’accorde avec votre humeur »[9] : ainsi le choix d’une épouse se fait selon le physique de la jeune femme, mais également en fonction de la manière dont les caractères des futurs peuvent s’accorder.

Sur ce point, les mariages de 1692 divergent, car bien qu’ils relèvent tous deux du choix de Louis XIV – et donc émanant de Dieu si on reprend la théorie de la monarchie absolue de droit divin[10] – le mariage du duc de Chartres est davantage paisible et accordé que celui du duc du Maine. En effet, le duc de Chartres épouse une femme qui, si elle ne s’accorde pas aussi bien qu’il le souhaiterait à ses goûts physiques, possède néanmoins autant d’esprit que lui. Sur le plan physique, Françoise-Marie ne fait pas l’unanimité ; on la dit « grande et majestueuse »[11], « d’une taille médiocre et mal soutenue »[12], avec « une belle peau, une belle gorge, de beaux bras et de belles mains, mais peu de proportions dans les traits »[13]. En revanche, sur le plan moral, le duc de Saint-Simon, ami d’enfance du duc de Chartres, ne tarit pas d’éloges sur l’esprit de la jeune femme :

« Elle n’avoit pas moins d’esprit que M. le Duc d’Orléans, et de plus que lui une plus grande suite dans l’esprit ; avec cela une éloquence naturelle, une justesse d’expression, une singularité dans le choix des termes qui couloit de source et qui surprenoit toujours, avec ce tour particulier à Mme de Montespan et à ses sœurs, et qui n’a passé qu’aux personnes de sa familiarité ou qu’elle avoit élevées. »[14]

On voit ainsi que si Françoise-Marie n’entre pas pleinement dans les canons de beauté de son époque, son esprit n’est pas en reste, ce qui lui permet d’avoir un ménage plutôt harmonieux.

Le mariage du duc du Maine est moins paisible de ce point de vue. En effet, il épouse une femme qu’il a choisie pour son physique, sa beauté, et surtout sa taille, sans prendre en compte son caractère, qui est à l’opposé total du sien. C’est d’ailleurs ce qu’expliquent Mme de Caylus et le duc de Saint-Simon. En effet, la nièce de Mme de Maintenon nous dit que « Madame la Duchesse du Maine n’était pas l’aînée de celle qui restait à marier, cependant on la préféra à sa sœur, sur ce qu’elle avait peut-être une ligne de plus »[15] et ce bien que l’aînée de Louise-Bénédicte « [soit un tant soit] peu plus petite, elle était beaucoup mieux faite, d’un esprit plus douc et raisonnable »[16]. Saint-Simon confirme le propos de Mme de Caylus : « Il [le duc du Maine] en avoit trois à choisir. Un pouce de taille de plus qu’avoit la seconde lui valut la préférence [alors que] la première étoit belle et pleine d’esprit et de raison. »[17] Ainsi, les analyses de ces deux contemporains du mariage du duc du Maine sur le choix de son épouse vient confirmer les conseils de Chausse de La Terrière. 

Les deux règles suivantes consistent à épouser « une fille de bon lieu qui appartienne à des gens d’une vie irréprochable »[18] et à « ne pas épouser une fille contre son gré ou une fille qui n’aurait que du mépris pour vous »[19]. Ici, Chausse de La Terrière soulève deux points intéressants : la question de la moralité de la jeune fille et de sa famille, mais aussi la question du consentement de la future épouse. Pour ce qui est de la moralité, les épouses respectives des ducs de Chartres et du Maine n’ont rien à se reprocher. La première est issue du double adultère de ses parents, mais Françoise-Marie n’en est pas moins fille légitimée du roi de France et sa morale n’est donc pas à discuter. La seconde, Anne-Louise-Bénédicte, est la fille d’une branche cousine de la maison de France, petite-fille du Grand Condé, son honneur et sa morale sont d’ores et déjà gagnées à sa cause. Cette question de la morale peut également s’étendre à la question de la virginité de la future épouse. Dans le cadre de ces deux mariages, la pureté et la virginité des jeunes fiancées n’est pas à discuter, d’autant que c’était une question d’honneur.  Quant au critère du consentement de la jeune femme, le monde dans lequel elles évoluent ne leur laisse aucune marge de manœuvre : elles sont toutes deux soumises à l’autorité du père et/ou du roi, dans le cadre de l’épouse du duc du Maine, qui se soumet à la fois aux aspirations matrimoniales de son père, Henri-Jules de Bourbon-Condé, au choix de Louis-Auguste et au désir du roi de voir ce mariage être conclu. Quant à Françoise-Marie, la future duchesse de Chartres, elle n’est pas consultée et se contente d’accéder aux ordres du roi, son père.

Enfin, Chausse de la Terrière énonce une dernière règle qui dit qu’il faut prendre une femme de « condition égale et de fortune »[20], c’est-à-dire une femme dont le rang et la richesse familiale est égale à celle du futur mari. Sauf que les mariages de 1692 ne répondent pas de la même façon à ce dernier critère.

Philippe d’Orléans épouse une fille légitimée de France, ce qui signifie qu’elle lui est inférieure sur le plan du rang, mais non pas sur la fortune. Ce qui a été qualifié de mésalliance – un petit-fils de France[21] qui épouse une bâtarde légitimée – est en réalité effacé par le fait que Philippe, après son mariage, donne le rang à sa femme, ce qui efface du même coup l’injure de la bâtardise. Quant à la fortune, concernant Philippe et Françoise-Marie, aucun doute à avoir, les revenus familiaux sont plus ou moins égaux – les Orléans, branche cadette de la maison de France, sont très riches – et la dot de la future duchesse de Chartres est faramineuse[22].  Si le prétexte du conflit[23] est utilisé par Louis XIV pour donner sa fille à son neveu, ce dernier étant quasi au sommet de la hiérarchie curiale et de la pyramide sociale, il aurait été difficile de le marier réellement selon son rang.

Une fois encore, le mariage du duc du Maine est plus complexe concernant ce critère. Chausse de La Terrière le résume bien : 

« Si vous prenez une femme d’une famille plus élevée que la vôtre, elle ne manquera pas de s’en glorifier à vos dépens. Elle deviendra insolente. Vous aurez la tête rompue de ses reproches, et il ne se passera pas de jour qu’elle ne vous parle de la noblesse de son origine et de la bassesse de la vôtre. »[24]

Cette citation explique à elle seule la situation matrimoniale complexe dans laquelle se trouve Louis-Auguste de Bourbon. En effet, sa femme, Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé est une princesse du sang, issue d’une branche cousine de la maison de France. Louis-Auguste, quant à lui, s’il est bien fils du roi, il n’est que légitimé de France. Cette différence de rang est à l’origine de nombreuses discordes et problèmes au sein-même du ménage. Le problème réside ici dans le fait que traditionnellement, les mariages où l’épouse possède un rang inférieur à celui de l’époux sont plus facilement accepté puisque c’est le mari qui donne le rang à sa femme. Ici, c’est Louise-Bénédicte qui est d’un rang supérieur à celui de Louis-Auguste, et elle le lui fait payer tout au long de sa vie : c’est ainsi qu’elle obtient une mention de sa supériorité dans son traité de mariage, c’est ainsi, qu’en dépit de son mariage, elle passera toujours devant son époux[25]. C’est d’ailleurs au nom de son rang supérieur à Louis-Auguste que la duchesse du Maine ne cesse de réclamer pour lui des honneurs, qu’elle finit par obtenir le fameux testament, qu’elle devient conspiratrice[26]. Si le mariage du duc de Chartres avec Françoise-Marie de Bourbon est un mariage hypergamique, c’est-à-dire une union où l’épouse a un rang social inférieur à celui de l’époux,  l’union entre le duc du Maine et Louise-Bénédicte de Bourbon-Condé est un mariage hypogamique, c’est-à-dire une alliance matrimoniale où l’épouse a un rang social supérieur à celui de l’époux ; dans ce cas, on peut également parler d’hypergamie masculine.

Ainsi, dans son Traité, Chausse de la Terrière énonce des lieux communs et des traditions bien connues de son lectorat et de ses contemporains, que l’Apologie du Mariage de Joyeux confirme parfaitement. On peut y lire, en creux, l’état du ménage des ducs de Chartres et du Maine, et peut ainsi légitimement estimer que le bonheur au sein d’unions arrangées par des tiers – que ce soit un roi, un père, un oncle ou une mère – ne va pas toujours de soi. En effet, le bonheur est assujetti à l’accord des caractères des deux époux, ce qui est rarement pris en compte lors de la négociation d’un mariage : les rares fois où c’est le cas relèvent davantage du hasard que de la volonté. Au XVIIe siècle, l’harmonie et le bonheur au sein d’un couple et d’un ménage sont dépendants de l’honneur des époux et de la morale des épouses – que l’on peut assimiler à la virginité avant le mariage. Si ces deux éléments ne sont pas remplis, il est probable que les rapports entre les époux se dégradent rapidement : par exemple, un nouvel époux trompé sur la virginité de sa femme lors de la nuit de noces peut être amené à demander réparation au père de la mariée, et ainsi mettre en péril les rapports des deux époux entre eux et des deux familles nouvellement liées par cette union. Enfin, la question du bonheur entre deux individus unis par la volonté d’un tiers n’est pas seulement dépendante de la compatibilité des caractères et des humeurs, ou de l’honneur et la moralité des époux, elle est également soumise à l’égalité de rang et de fortune. En comparant les deux unions, on s’aperçoit que malgré l’injure faite au duc de Chartres qui a dû épouser une légitimée de France, cette injure est réparée par le fait qu’il donne à son épouse son propre rang. Ce n’est absolument pas le cas pour les Maine, puisque le ménage connait des difficultés dès le départ, difficultés nées de la supériorité hiérarchique de la duchesse par rapport à celle de son époux. Quant à savoir si les ducs de Chartres et du Maine ont été heureux en ménage, force est de constater qu’au Grand Siècle, ce n’était pas la priorité. En effet, la question du bonheur ne se posait pas réellement lors des négociations matrimoniales, et principalement chez les grands de ce monde : il s’agissait la plupart du temps de mariages stratégiques, d’alliances politiques ou familiales, et les promis n’avaient d’autre choix que de se conforter à la décision de leurs responsables légaux. Le fait de trouver le bonheur au sein d’un ménage ne reste donc qu’une question théorique, que l’on trouve notamment dans les traités et les essais matrimoniaux. 

Noémie Arnaud


[1] Autorisation accordée par un évêque ou le pape – dans le cas des familles royales –  pour le mariage de cousins.

[2] BELY (L.), La société des princes.

Voir également ma chronique de l’ouvrage La société des princes dans Paroles d’histoire (podacst), épisode 65 sur la bibliothèque idéale et participative.

[3] A ce sujet, voir les philosophies d’Epicure et d’Epictète qui ont pour point commun l’accession au bonheur mais leurs philosophies (très pratiques et concrètes) sont très différentes l’une de l’autre.

[4] Voir notamment les travaux de Blaise Pascal.

[5] Jacques Chausse, seigneur de la Terrière, a vécu au XVIIe siècle. Auteur de deux traités, l’un sur le mariage, défendant les droits de la femme, l’autre sur les raisons devant pousser la réunion des Eglises catholique et luthérienne, il fait partie de ces intellectuels qui quittent la France après la révocation de l’Edit de Nantes, en 1689, et se réfugie aux Pays-Bas. Il est protestant. 

[6] Probablement gentilhomme, noble désargenté ou bourgeois, François Joyeux est un auteur français, qui publie avec l’autorisation du roi de France. Ses œuvres sont allégoriques, poétiques (de nombreux vers et maximes sont présents dans son œuvre) et très lyriques. 

[7] CHAUSSE DE LA TERRIERE (J.), Traité de l’excellence du mariage, de sa nécessité, et des moyens d’y vivre heureux : où l’on fait l’Apologie des femmes contre la Calomnie des hommes, Paris, Martin Jouvenel, 1685, p. 245. 

[8] Ibid, p. 247.

[9] Ibid, p. 249.

[10] Régime politique de type absolutiste dans lequel le pouvoir du souverain est légitimé par la volonté de Dieu et par filiation.

[11] SAINT-SIMON (L. de Roucroy, duc de), Mémoires, nouvelle édition collationnée sur le manuscrit autographe et augmenté des additions de Saint-Simon au Journal de Dangeau par BOISLILE (A.), Paris, Hachette, 1879-1931, tome 26, p. 299-304.

[12] DUBOIS (G.), Mémoires du Cardinal Dubois, illustrés par Janet-Lange et Gustave Janet, éditées par LACROIX (P.), Paris, Gustave Barba, 1879, p. 45

[13] CAYLUS (M-M Le Valois de Villette de Murçay, comtesse de), Les souvenirs de Mme de Caylus pour servir de suite aux Mémoires et lettres de Madame de Maintenon, avec des notes de M. de Voltaire, Nouvelle édition, Paris, Renard, 1805, p. 71-78.

[14] SAINT-SIMON (L. de ROUCROY, duc de), op. cit.,, tome 26, p. 299-304.

[15] CAYLUS (M-M Le Valois de Villette de Murçay, comtesse de), op. cit., p. 262-271.

[16] Ibid.  

[17] SAINT-SIMON (L. de Roucroy, duc de ), op. cit., tome 1, p. 58-76.

[18] CHAUSSE DE LA TERRIERE (J.), op. cit., p. 258.

[19] Ibid, p. 266. 

[20] Ibid, p. 261.

[21] A l’occasion du mariage de Philippe de Chartres avec Françoise-Marie, Louis XIV fit de lui un petit-fils de France, par adoption. L’acte fut signé par le Dauphin qui s’engagea à le faire signer lui-même à ses fils quand ils seront en âge de le faire. Pour plus de détails, voir, à ce sujet, le Mercure historique et politique, contenant l’état présent de l’Europe, se qui se passe dans les Cours, l’intérêt des Princes, leurs bringues, et généralement tout ce qu’il y a de curieux, vol. 12, de Janvier à Juillet 1692, mois de Mars 1692, p. 288-290, ainsi que les Lettres Historiques : contenant ce qui se passe de plus important en Europe, et les réflexions nécessaires sur ce sujet, volume 1, mois de mars, p. 302.

[22] Le montant de la dot s’élève à deux millions de livres. Pour plus de détails, voir le Mercure historique et politique, contenant l’état présent de l’Europe, se qui se passe dans les Cours, l’intérêt des Princes, leurs bringues, et généralement tout ce qu’il y a de curieux, vol. 12, de Janvier à Juillet 1692, mois de février 1692, p. 185-187.

[23] Il s’agit ici de la guerre de la Ligue d’Augsbourg ou guerre de Neuf Ans, conflit européen avec des extensions dans les colonies américaines ayant lieu entre 1688 et 1697.

[24] CHAUSSE DE LA TERRIERE (J.), op. cit., p. 261. 

[25] LEFERME-FALGUIERES (F.), Les courtisans, une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, PUF, 2007, p. 140. Bien que cela ne soit pas inscrit dans le contrat du mariage, le prince de Condé et sa fille ont demandé à ce que l’on maintienne son rang de princesse du sang.

[26] Anne-Louis-Bénédicte de Bourbon, duchesse du Maine, est l’une des instigatrices de la conspiration de Cellamare visant à retirer à Philippe la régence du royaume de France pour la confier à Philipe V, roi d’Espagne et petit-fils de Louis XIV.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 04/10/2019

    […] Arnaud, Mariages arrangés et bonheur conjugal sont-ils compatibles ?, Histilien (Carnet Hypothèses), (20 septembre […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search