Organisation et structuration sociale à Mantes (1) : Généralités et contextes

AM Mantes la Jolie, BB2, fol. 56v.

Avant de débuter l’étude même du sujet qui nous intéresse ici, je tiens à souligner que cet article fait partie d’une série d’articles qui a prit un peu de retard. Il me parait assez intéressant de varier les formes des articles, ceux-ci seront peut-être plus courts, mais surtout de doter certains d’un fil conducteur autre que géographique !

Alors, en guise d’introduction, je laisse les mots de Jean-Louis Roch, ancien maître de conférences à l’université de Rouen, parler pour moi : « On imagine difficilement aujourd’hui le rôle qu’à joué l’industrie textile jusqu’à la révolution industrielle. Elle a été le principal moteur de la croissance économique en Europe occidentale. Parmi les activités textiles, au moins pour le Moyen Âge, la draperie tient une place privilégiée ; nous sommes alors dans une « civilisation du draps » »[1].

S’il est vrai que les activités textiles et drapières ont constitué un secteur d’activité florissant tout au long du Moyen Âge, toutes les régions ne sont pas sur un pied d’égalité. En effet, la Flandre, l’Italie, l’Angleterre, et la Normandie (pour le XVe siècle) sont les plus gros producteurs.

En ce qui concerne l’Île-de-France, celle-ci semble rester en retrait dans ce commerce, proche de la Normandie, de la Flandre et des Foires de Champagne. Toutefois, comme le rappelle Pierre-Henri Guittonneau[2], les villes franciliennes disposent d’ « un corpus de sources dont les disparités et les manques mettent en garde contre toute analyse téméraire et encouragent à la prudence. Ces sources permettent toutefois d’envisager l’étude des relations interurbaines, ainsi que la construction ou l’existence de petites zones d’influence propres à chaque ville […] La ville de Mantes, disposant de sources relativement riches au regard des autres villes d’Île-de-France, s’impose assez naturellement comme sujet d’analyse ».

Ce qui est présenté aujourd’hui n’est pas à proprement parlé le fruit de la recherche initialement menée. Mais les investigations dans les sources m’ont incité à dévier mon intérêt vers les métiers. La raison principale est que les sources mantaises, en particulier les délibérations du conseil municipal et les comptes de la municipalité, sont très prolixes sur la vie quotidienne de la ville, sur les relations interpersonnelles qui animent la vie de la municipalité, les rôles et fonctions de chacun. Plus intéressant encore, ces sources nous donnent des renseignements quant à l’organisation sociale de la ville. Au sein même des délibérations nous sont rapportés plusieurs exemples de structuration des métiers de la ville en corporation, à savoir en quelque sorte des associations professionnelles, parfois appelées guildes ou hanses.

Ces associations s’organisent selon des principes d’entraide, de solidarité et de protection des membres contre ceux, appelés « francs-tireurs » qui risquent de casser les prix ; avec comme principale qualité la très forte hiérarchie alors mise en place, avec des maîtres, compagnons et apprentis.

A Mantes la Jolie, l’activité commerçante est forte et nombreux sont les artisans à s’être installés en ville. La preuve de cette vivacité est l’organisation des métiers en confréries et l’adoption officielle d’ordonnances. Ceci est visible à travers toute une série de documents présents dans les délibérations de conseils municipaux, preuve de l’importance des métiers dans la vie de la ville.

La constitution des métiers mantais se place dans deux temps biens spécifiques pour la ville, dans deux contextes particuliers. Le premier temps (1412-1417), qui voit la constitution des drapiers chaussetiers en métiers se place dans un temps de crise du royaume de France, celui du règne de Charles VI et de la conquête progressive du royaume de France par les anglais. Situé aux portes de la Normandie, Mantes se retrouve conquise par les hommes d’Henri V qui comprennent bien vite le rôle majeur de la ville dans la vie économique locale et comme lieux de transit entre Rouen et Paris.

Le second temps de constitution de métiers se situe entre 1494 et 1502, à savoir dans une période où les villes sont largement mises à contribution pour financer les expéditions italiennes de Charles VIII et Louis XII, en même temps qu’elles intègrent le système centralisé du pouvoir royal. A ce moment les villes franciliennes se renforcent, tant d’un point de vue politique qu’économique. Sur ce dernier point, la fin de la guerre de Cent Ans (vers 1449 pour Mantes) à largement mis à mal les régions proches de la Normandie et de l’Aquitaine, et la reprise économique ne se fait qu’au prix de très lourds sacrifices et investissements sur près de 30 ans. Cela se voit dans les comptes mantais, alors que la ville voit ses revenus baisser drastiquement.

Dans ce contexte de reprise économique, ce ne sont pas moins de 6 métiers qui se constituent : Potiers de terre (25-27 juillet 1494), Roticiers (Juillet 1497), Métier illisible pour le moment (5 décembre 1498), Potiers de l’eau (12 mai 1501), Bouchers (26 mai 1501) et Barbiers (9 septembre 1502).

Voici donc le programme que je vous propose, étudier et transcrire les ordonnances de ces métiers dans une série d’articles constituée comme une sorte de fil rouge !

A bientôt

Guillaume Bureaux


[1] Jean-Louis Roch, Un autre monde du travail. La draperie en Normandie au Moyen Âge, Rouen, PUHR, 2013

[2] Pierre-Henri Guittonneau, « La hanse de Mantes, témoin et acteur des réseaux d’une prtite ville au XVe siècle », Le Moyen Âge, 2012/ 3-4, p. 595-615.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search