Le jeu entre politique, romanesque et théâtral. Le Pas d’armes de Sandricourt (1493)

Le Pas de Sandricourt, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 3958, fol. 9v.

« Ce sont les armes qui ont esté faites au Chasteau de Sandricourt prés Pontoise, le 16. Jour de Septembre 1493 lesquelles ont esté par moy Orleans, Heraut de Monseigneur le duc d’Orleans, veues avec les Officiers d’Armes du Roy notre Sire, & redigées & mises par escrit à la vérité, ainsi que chacun l’a peû voir selon le contenu de leurs articles, & accomplissement de leursdites armes »1.

C’est là le premier “vrai” article de ce carnet de recherches et nous passerons sur le côté émouvant de la chose ! Mais en guise de préambule, les plus “franciliens” ou les plus “géographes” d’entre vous auront sans doute remarqué qu’actuellement, Sandricourt, commune d’Amblainville, se situe dans le département de l’Oise, à quelques kilomètres de la frontières avec l’Île de France et à une vingtaine de Pontoise qui apparaît dans l’extrait ci-dessus. Dès le premier article de ce carnet, on pourrait être tenté de croire que la règle géographique établie ici n’est pas respectée. Cependant, force est de préciser que ce Pas d’armes, dans le contexte politique d’importance qu’est l’aube de la première Guerre d’Italie (1494-1497), est tenu/organisé par Louis de Hédouville, seigneur de Hédouville (Val d’Oise), de Vigny (Val d’Oise), de Verville (Essonne) et de Sandricourt ainsi que plusieurs petites seigneuries en Île de France, Picardie…! Le contrat est donc rempli!

Louis de Hédouville

Avant de parler du Pas d’armes et de tout ce qu’il touche, parlons de son acteur principal. Louis de Hédouville est issu d’une vieille famille francilienne, les Hédouville, de laquelle sont issu de nombreux membres qui, dès le XII-XIIIe siècle, jusqu’à la période napoléonienne, se sont illustrés comme conseillers, officiers, généraux… Au XVe siècle, deux membres de cette famille s’illustrent de manière notable : Philippe de Hédouville et son fils ainé, Louis. Tous deux sont proches des ducs d’Orléans et des rois de France. Philippe est Grand Maître des eaux et forêts des comtés de Blois et de Beaumont, écuyer tranchant et premier Maître d’hôtel du duc d’Orléans puis maître d’hôtel du roi Louis XI en 14722.

Louis de Hédouville suit les traces de son père. En 1484, il est conseiller du duc Louis d’Orléans et futur roi Louis XII. Il devient écuyer d’écurie du roi Charles VIII en 1492 et il reçoit, en novembre 1493, soit deux mois après la tenue du Pas d’armes, la somme de 100 écus d’or pour “qu’il se puisse doresnavant mieulx et plus honnestement entretenir a son service”3.

Les Pas d’armes : essai de définition

Pour tenter d’en donner une définition précise et relativement simple, nous pouvons regarder du côté de l’article d’Armand Strubel, datant de 1991, intitulé « Le pas d’armes : le tournoi entre le romanesque et le théâtral »4. Le Pas d’armes est, en réalité, une forme / variante des tournois (au sens combat de mêlée) et des joutes qui connaissent un succès fort dès les XIIe et XIIIe siècles. Dans un Pas, le but est, pour un chevalier ou un groupe de chevaliers, de garder en armes un passage (d’où le nom de Pas d’armes) ou un lieu symbolique contre tout venant pour l’honneur d’une Dame archétypique. Il peut s’agir d’une porte, d’un pont, d’un arbre, d’une fontaine, d’un perron… Dans les faits, tout ce qui trouve un écho dans la littérature peut être gardé dans le cadre du Pas d’armes. Les chevaliers font publier des chapitres d’armes où, tout comme dans la joute et le tournoi, ils présentent les modalités de tenue de l’événement ainsi que les règles. Seule différence avec la joute et le tournoi, les chapitres des Pas disposent généralement d’une partie Aventure au sein de laquelle ils expliquent, à la manière des romans de chevalerie, comment ils en sont arrivés à organiser leur Pas.

Le caractère théâtral, lui, se manifeste lorsque ceux-ci ont lieu. C’est dans les lices, dans les gradins voire même lors des festivités entourant le Pas (banquets, entremets…), que la mise en scène s’exprime par le biais des personnages, des costumes inspirés des romans chevaleresques, et des décors. Éminemment littéraires, politiques et théâtraux, les Pas d’armes nécessitent un cadre symbolique pour que la fiction sur laquelle ils se basent puisse prendre pied dans la réalité. C’est à ce moment que la ville, ou le château dans le cadre de la majeure partie des Pas angevins, joue un rôle déterminent. Le but recherché est ainsi d’amener participants et spectateurs non pas assister simplement à une joute ou à un tournoi, mais à vivre pleinement une aventure pouvant prendre place au cœur des fameux romans de chevalerie, ceux de la Matière de Bretagne en tête.

Bien évidemment, cette définition ne saurait être complète sans souligner le rôle primordial de ces divertissements dans la diplomatie et la politique des grandes cours d’occident. Organisés à la suite de mariages5, avant un voyage de plusieurs années6, lors d’un traité de paix7, d’un départ en guerre8, ou juste avant une abdication9 ; les Pas demeurent des événements où le paraître a plus d’importance que la prouesse physique, où le message politique sous-jacent est plus important que le spectacle lui-même.

Le Pas de Sandricourt

Le Pas de Sandricourt est, sans conteste, l’un des Pas les plus poussés d’un point de vue martial et l’un des plus romanesques au sens littéraire du terme. Il prend place dans un Contexte politique et diplomatique intense pour la couronne de France. L’année 149310 fait quelque peu office de charnière dans le règne du roi Charles VIII. Après son mariage en décembre 1491 avec Anne de Bretagne, la signature des traités d’Etaples (3 novembre 1492), de Barcelone (19 janvier 1493), puis l’annulation officielle de son mariage avec Marguerite d’Autriche lors du traité de Senlis (23 mai 1493), il se lance l’année suivante en Italie et tente de concrétiser ses prétentions aux trônes de Naples, Chypre et Jérusalem dont il est l’héritier.

Entre le traité de Senlis et le départ pour l’Italie, le roi Charles VIII doit s’assurer de la fidélité de ses vassaux et se doit de faire montre de la grandeur du royaume de France, dont la puissance est issue de la centralisation opérée par ses prédécesseurs. C’est dans cette optique qu’est organisé, par Louis de Hédouville, le Pas de Sandricourt. Tenu en l’honneur du roi de France, ce Pas nous est connu par un manuscrit rédigé par Orléans, héraut d’armes du duc d’Orléans, composé avec l’aide des officiers du roi de France11. Sans doute commandé par le duc Louis d’Orléans, futur roi Louis XII, il semble destiné, tout comme le manuscrit du Pas de Saumur, à finir dans la bibliothèque d’un prince de sang voire même dans celle du roi.

Les chapitres du Pas d’armes stipulent que les chevaliers attaquants doivent combattre dans quatre scenarii différents qui, chacun, peuvent faire office d’un Pas en tant que tel. Le premier jour (15 septembre), ils doivent combattre, à pied et en groupe, à la Barriere Perilleuse. Le lendemain (16 septembre) une joute est organisée au Carrefour ténébreux, puis les jours suivants (17 et 18 septembre) le Champ de l’Epine doit être gardé par une course de lance et treize passes d’épée à cheval. Enfin, le Pas se termine (19 septembre) par la Forêt Desvoyable12, une errance dans laquelle les chevaliers en quête d’aventure doivent trouver et combattre les défenseurs13.

Le Pas de Sandricourt initie un changement dans la création des Pas d’armes « tardifs », en cela que la partie Aventure, en somme le caractère fictionnel du Pas, est d’apparence délaissée au profit du combat pur. Ainsi, avec le Pas de Sandricourt, ces événements remplissent un nouvel aspect : celui d’un moment utilitaire pour la cour qui les emploie. La fiction du Pas se résume en quelques lignes :

« Pour ce que tout vray cœur qui tend à bonne renommée, doit querir & parfaire la volonté des Dames, comme de ce dont toute perfection de valoir fort & procede. Est-il ainsi que au Chasteau de Sandricourt prés Pontoise en a tant de parfaites, que le nombre des meilleures & plus belles y font leur demeure ; & comme celles qui ne quierent que entretenir & exaulcer les nobles hommes remplis de vertu, ainsi que nourrices de toute Chevalerie, ont mis au monde dix ieunes Escuyers ou Chevaliers, qui dés leur enfance ont eu la garde, & exploité leur tempos, ainsi que jadis faisoient en ce lieu mesmes les Chevaliers errans avant eux, desquels ont tousiours gardé & entretenu la coustume, qui est que nul ne passe aux destroits de ladite place, sans faire armes ou essay ausdits Chevaliers ou Escuyers, ne ne peuvent nuls entrer dedans ledit Chasteau, que à grand travail de puissance d’armes, ainsi que la haute beauté & bonté d’elles le requiert, comme la plus souveraine ioye que au monde on sçauroit veoir & requerir ; desquelles ont lesdits dix Chevaliers ou Escuyers la garde, qui a leur requeste pour exploiter leur nourriture & exaucer leur excellence, sont deliberées à l’ayde de Dieu et d’elles, faire & accomplir les articles qui s’ensuivent de point en point »14.

La fiction de ce Pas se retrouve réduite à l’essentiel : amour et importance des dames, références aux chevaliers errants et garde d’un élément symbolique, ici un château. Celle-ci n’est clairement pas le cœur de l’événement bien que l’ensemble des éléments cités ci-dessus se retrouvent tout au long des six jours de tenue. Notons toutefois, à la fin du manuscrit, plusieurs rappels de la fiction et son rattachement à la légende arthurienne :

« Bien ce faict a commemorer que les dix chevaliers tenans le pas heurent les couraiges de louable prouesse aornez qui a quarante fors chevaliers tindrent huyt iours ensuyvans le dur combat sans estre lassez ne arrecreuz par quelques faix d’armes que soustenir leur sallust. Ce qui estoit si bien approche les faictz des nobles chevaliers errans de la table Ronde que oncques despuis les temps du preux Roy artus en Joustes tournois ne bouhours ne furent faictz ne myeulx au plus pres de ce les armes exploictees. Lesquelles doivent demourer a lexaltation desdis acteurs et a lexemple de tous autres. Ausquelz vueille dieu donner par sa grace accroissement de soz. Renom florissant louable mémoire honnorable bruit et non immortel »15.

De même, un texte versifié précise :

« Ducques de puis le temps du Roy artus / Le furent tant les armes exaulcees / Ne myeulx lesdroitz dicelle debatus / Que furent la ne de tant efforcees / A durs combatz et ioustes Renforcees / Maintz chevaliers et preux entreprenans / Se y sont trouvez Recevans et donnans / Coups forcennez comme fouldre qui court / Pour esprouver les dix entreprenans / Ou pas des armes du chasteau xandricourt »16.

L’objectif de ce Pas est clairement, du moins il nous semble, l’unification de la noblesse royale en vue des opérations militaires à venir. Un élément nous permettant d’avancer cela est l’affluence importante qu’a connue ce Pas :

« […] tant de nobles ho(m)mes pour combatre aud(it) chasteau de Sandricourt se trouverent q(ue) oncques ne fut dexcellant chevallerie pour ung tournoy place plus enrichie.  La estoit ung no(m)bre infiny de dames damoiselles de beaulte tant excessive aornees que la splendeur de leur face Irradyoit toute la contree […] »17.

Il est particulièrement intéressant de voir que ce Pas d’armes conserve le véritable « endocentrisme » impulsé par la cour d’Anjou qui ne diffusait ses chapitres que dans une zone géographique restreinte qui, comme nous le voyons et le verrons par la suite, attire un nombre important de participants :

« Et pour mectre la main aux armes et accomplir lesdits combats les dix gentilshommes du chasteau comme ceulx qui chose a reprendre ne vouloyent emcommancer au boys malerbes devers le roy furent ce pour avoir congie de luy icelluy supplierent et requererent que pour amplifier les armes de magnifier chevalerie loctroy dudit combat leur voufist faire. Laquelle supplication faicte Le Roy par meuxe deliberation de conseil a iceulx dix gentilshommes donna congie de faire lesdits combats scelon intencion diceulx et zen la manière que dessus est descript. Et en oultre permist le Roy de faire publier ledit combat par toutes les villes citez et places du Royaume de France et ailleurs ou il leur plairoit. Apres celuy octroy faict iceulx dix gentilshommes furent a paris ville capitale du Royaume de France et la le vingt quatriesme iour du moys daoust mil quatre cens quatre vingtz et treze furent a son de trompe par tous les quareffours de ladite ville de paris publyer celui combat […]. En plusieurs autres villes et places du Royaume de France fut ledit combat publie […] »18.

Il est à regretter qu’Orléans, le héraut auteur de ce compte rendu, n’ait pas donné plus de précisions quant à l’ère de diffusion des chapitres d’armes. Toutefois un indice demeure présent dans le texte : les participants.

Le nom de chaque participant est indiqué par le manuscrit et regroupé, par « bandes » et par participants individuels dans l’ouvrage de Vulson de la Colombière. Cette liste de noms, si elle n’est pas réellement représentative de l’étendue géographique de la diffusion, les noms et titres de chacun pouvant occulter une réalité bien différente, nous permet toutefois de proposer une vue globale des lieux où sont criés les lettres d’armes.

Nom de la bande Nom des participants  
Bande
de
Chatillon
Jacques de Coligny, seigneur de Chatillon
Gaspard Ier de Coligny  
Le seigneur de Mousseures  
Jean de Saint-Amadour  
Claude de Massabeau  
Louis de Rochefort  
Jacques de Bloc  
Jacques de Chabanolles  
Jacques de Lay  
Germain de la Roque, dit le Bœuf  
Bande
de
Valois
Guy du Bus  
Jacques de Sully  
Jacques d’Yverlay  
François de Theligny  
Guillaume de Saulx  
Le seigneur du Val  
André de Valois  
Thomas de May  
Champoullet  
Louis de Sallenoue  
Bande
de
Beaumont
Antoine Martel, seigneur de Beaumont le Roger  
Louis de Bigarz, seigneur de la Londe
Jean de Feschal, Seigneur du Grippon
Jean de Rouville  
Le seigneur de Bouvetot  
Jean Picard, seigneur de Radeval  
René Parent, vicomte de Rouen19  
Jean de Maneville  
Christophe d’Ymerville  
Le Bâtard de Giresme  
Participants
individuels
François de Sassenage
Adrien de Jenlis, seigneur d’Abbecourt
Jacques de Marcillac
Mery de Thibouillier
Jean de Vignolles
Claude, bâtard de Lentillac
Gilles de Compincourt
Guillaume de Mery, maréchal des logis du duc d’Orléans

Il est tout à fait intéressant de voir qu’une large frange des territoires assujettis au roi de France est représentée par un ou plusieurs chevaliers au Pas de Sandricourt. Parmi ceux-ci, nous retrouvons Paris et sa région proche (Chatillon), puis, du nord au sud : la Flandre (Christophe d’Ymerville ; Germain de la Roque), la Picardie (Adrien de Jenlis, seigneur d’Abbecourt ; Guillaume de Mery), le Valois (André de Valois), la Normandie (Bande de Beaumont), le Maine (François de Theligny), l’Anjou (Jacques de Chabanolles, Jacques de Lay, Jacques de Sully, Thomas de May, Champoullet), le Poitou (Louis de Rochefort), la Bourgogne (Jean de Vignolles), la Guyenne (Jacques de Marcillac, Claude de Lentillac), le Languedoc (Jean de Saint-Amadour), l’Auvergne (François de Sassennage), la Savoie (André de Coligny). Concernant les autres participants, il est plus difficile de situer la localisation de leur seigneurie, soit à cause du nom de celle-ci, soit à cause de l’homonymie existante.

Il est notable de voir que la plupart des bandes est composée de chevaliers issus de zones éparses. Seule exception, la bande de Beaumont, composée exclusivement de normands, région pourtant peu accoutumée aux jeux nobiliaires.

Au vu de la profusion de chevaliers issus de régions aussi diverses, il n’est pas à douter que la volonté du roi de France, en favorisant l’organisation de ce Pas, est bel est bien d’unir l’ensemble de la chevalerie du royaume. Toutefois, nous ne savons si le roi fut présent à l’événement bien qu’il soit attesté de la présence de Provence, héraut royal. Vulson de la Colombière, à l’image de ce qu’il fait pour les chevaliers, nous donne le nom des dames présentes lors du Pas, « tant de France ; que de Normandie, & autres Païs »20, et la plus notable est Madame de Montmorency. L’absence manifeste de la reine de France dans cette liste nous laisse penser que le roi était également absent lors du Pas, présence qui aurait également été signifiée par le héraut Orléans.

Autre élément des plus intéressants est la mention des « gens de l’ombre » qui veillent au bon déroulement de l’événement ainsi qu’un nombre approximatif des participants :

« Audit chasteau de sandricourt estoient medecins cirurgiens apoticaires et toutes autres gens de mestier necessaires et secourables aux affaires des armes. Et durans les huyt iours dudit combat furent ordinament audit lieu de dix huyt cens a deux mille personnes entretenus et  desfrayez au depens des dix chevaliers tenans le pas »21.

Si la mention n’est pas longue, il faut avouer qu’elle est la seule dont nous disposons qui témoigne de la présence de professionnels de la santé aux alentours des lices, pour prévenir et soigner les éventuelles blessures. Leur présence témoigne également, nous semble-t-il, d’une volonté farouche, soit du roi soit de Louis de Hédouville, seigneur de Sandricourt, de préserver intacte la chevalerie française à l’aube des opérations d’envergure à venir ; et ce, sous le regard de près de deux milliers de spectateurs à en croire l’auteur du texte.

Guillaume Bureaux


Bibliographie: (1) Le Pas de Sandricourt, Paris, Bibliothèque de l’Arsenal, ms. 3958, fol. 2 ; (2) Les pièces justificatives se trouvent dans les registres du Cabinet des titres, Paris, BNF, série pièces originales, vol. 1501 ; (3) Voir Louis Augustin Vayssière, Le pas des armes de Sandricourt. Relation d’un tournoi donné en 1493 au château de ce nom, publié d’après un manuscrit de la Bibliothèque de l’Arsenal et l’imprimé du temps, Paris, Léon Willem, 1874, p. XXIX-XXX (pièce justificative n°2) ; (4) Armand Strubel, « Le pas d’armes : le tournoi entre le romanesque et le théâtral »,Théâtre et spectacles, hier et aujourd’hui, Moyen âge et Renaissance (115e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Avignon, 1990), Paris, 1991, 273-284 ; (5) C’est notamment l’exemple du Pas de l’Arbre d’or qui, à Bruges en 1468, célèbre le mariage de Charles le Téméraire avec Marguerite d’York ; (6) Le Pas de la Joyeuse Garde organisé à Saumur en 1446 et celui du Géant à la Blanche Dame du Pavillon, à Villebernier la même année, précèdent le départ du duc d’Anjou René pour ses terres provençales ; (7) Le Pas de Châlons-en-Champagne, en 1445, ponctue les négociations entre René d’Anjou et Philippe de Bourgogne concernant la libération du premier par sa capture par le second à Bulgnéville ; (8) C’est le cas en 1493 lorsque Charles VIII fait précéder son expédition en Italie par le Pas de Sandricourt ; (9) L’Aventure de l’Epée, organisé à Binche en 1549, ponctue la tournée de présentation du futur Philippe II par son père, Charles Quint, comme son légitime successeur au trône impérial ; (10) Le Pas de Sandricourt est organisé du 15 au 20 septembre 1493 ; (11) « … lesquelles ont esté par moy Orleans, Heraut de Monseigneur le Duc d’Orleans, veues avec les Officiers d’Armes du Roy nostre Sire, & redigées & mises par escrit a la verite, ainsi que chacun l’a peû voir selon le contenu de leurs articles, & accomplissement de leursdites armes », Le Pas de Sandricourt, op. cit., fol. 2r. ; (12) Desvoyable : Qui égare, où l’on risque de s’égarer, qui est peu praticable ; (13) Le Pas de Sandricourt… op. cit., fol. 3r-4r ; (14) Vulson de la Colombière, Le vray théâtre d’honneur et de chevalerie…, p. 148. Une description semblable est présente dans le ms. 3958, fol. 2v. ; (15) Le Pas des armes de Sandricourt, Paris, BNF Arsenal, ms. 3958, fol. 17v-18r. Notons que nous ne sommes pas certains de la transcription de certains mots. Nous les signalons par l’utilisation d’astérisques ; (16) Ibid., fol. 18v. ; (17) Ibid., fol. 4v ; (18) Ibid., fol. 4r et 4v ; (19) Il n’existe pas de vicomté de Rouen au sens de charge administrative pour le compte du roi. Le terme de vicomte de Rouen désigne en réalité la personne en charge de la Vicomté de l’Eau de Rouen, une institution administrative veillant au contrôle des marchandises et des marchands le long de la « Basse Seine » créée au milieu du XIIe siècle par Henri II Plantagenêt ; (20) Vulson de la Colombière, Le vray théâtre d’honneur et de chevalerie… op. cit., p. 166-167 ; (21) Le Pas des armes de Sandricourt, op. cit., fol. 17v.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search