Les parures du monarque : Le duc de Liancourt et le grand office de la Garde-robe de Louis XV à Louis XVI

Antoine-Jean Gros, Le duc de La Rochefoucauld-Liancourt, huile sur toile, Collections du château de La Rochefoucauld, vers 1810.

Le duc de La Rochefoucauld-Liancourt, François XII Alexandre Frédéric (1747-1827), est l’objet d’une mémoire vivace encore aujourd’hui. Cette mémoire est attachée à ses grandes œuvres de philanthrope encore visibles dans notre environnement. Fondateur de l’Ecole des Arts et Métiers et cofondateur de la Caisse d’Epargne et de Prévoyance de Paris, il n’était pas étranger au monde de la cour puisque son titre et son appartenance à l’un des plus anciens lignages de la haute noblesse française lui imposaient une présence régulière à Versailles. Au milieu de ses mille et un intérêts, à la fois philanthropiques et agronomiques, apparaît une autre de ses activités plutôt éloignée de l’imaginaire attaché aux Lumières. Liancourt fut l’un des premiers gentilshommes du système curial sous Louis XV et Louis XVI. C’est un aspect de sa vie méconnu, qui n’a pas fait l’objet de recherches car, trop longtemps on s’est contenté de penser qu’il n’avait pas l’esprit courtisan, notamment parce que son fils Frédéric-Gaétan l’a affirmé dans la biographie de son père parue en 1831. Il faut aller au-delà de cette idée trop restrictive et catégorique et explorer sa présence à la cour à l’aune de sa fonction : celle de grand maître de la Garde-robe du roi.

Le duc de Liancourt n’avait sans doute pas l’esprit d’un courtisan, à l’image de son grand-père Alexandre ou de son célèbre aïeul François VI qui prit part à la Fronde (1648-1653), mais dans la lignée de ses ancêtres, il fut le grand chef d’orchestre de la Garde-robe du roi. Institution curiale dédiée à la vêture du souverain, l’office de la Garde-robe est encore assez mal connu mais de remarquables travaux ont été réalisés notamment par Marie Chiozzotto qui a plus particulièrement analysé les dépenses de l’office et les différentes tenues vestimentaires de Louis XV pour l’année 17721. En occuper la direction intégrait le duc au groupe restreint et très prestigieux des premiers nobles dans l’entourage du souverain. Son hostilité connue pour les intrigues de la cour ne le substituait pas à sa fonction qui nécessitait sa présence à Versailles trois mois par an. C’est grâce à elle qu’il put devenir un proche de Louis XVI et entrer dans l’histoire par le fameux échange qu’il eut avec lui lors de la prise de la Bastille et qui aboutit à la célèbre phrase apocryphe : « Non Sire, c’est une Révolution ! ». S’il est vrai qu’il serait réducteur de percevoir le personnage seulement au travers de cette charge honorifique, elle n’en fut pas moins un patrimoine considérable qu’il protégeait et conservait comme un moyen d’avoir une place privilégiée aux côtés du monarque. Comment cette charge est arrivée jusqu’à lui ? Quelles étaient ses prérogatives ? Quels en étaient les possibles gains ? Telles sont les questions auxquelles nous allons essayer de répondre grâce aux archives personnelles de l’aristocrate et aux recherches récentes menées notamment par Sophie Armengol de Laverny dans sa thèse sur les commensaux du roi de France au XVIIe siècle.

Le service de la personne royale : statut et accession

L’appartenance au microcosme des commensaux du roi de France

Pour avoir un premier aperçu, une première approche du rôle de François Alexandre Frédéric à la cour de France, il est possible de faire une étude rapide des préambules des actes notariés. Ils donnent à voir les grandes lignes de la vie curiale du duc de Liancourt. Les actes de 1776 et de 1781 font apparaître la même formule : « Fut présent très haut et très illustre seigneur, Monseigneur François Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld, duc de Liancourt […] Grand Maître de la garde-robe du Roi en survivance2 […] ». Cette dernière indication rattache l’aristocrate au monde restreint des commensaux du Roi de France. Ces derniers forment un groupe restreint et bien particulier. Le Dictionnaire de l’Académie française, dans son édition de 1762, nous apprend que le terme signifie au sens littéral « ceux qui mangent à même table » et qu’il ne désigne guère, en cette deuxième moitié du XVIIIe siècle, que les Officiers de la Maison du Roi, c’est-à-dire les détenteurs des offices qui régissent le quotidien du souverain et dont le duc de Liancourt fait partie. Ce microcosme se subdivise en plusieurs catégories définies par des critères multiples dont l’un des plus importants est l’ancienneté de la charge et la proximité au Roi qu’elle offre. Sophie de Laverny, qui a travaillé sur le monde commensal français au XVIIe siècle, a défini ces critères et a établi les différentes catégories qui sont au nombre de trois : les commensaux originels, les commensaux pour l’honneur et les réputés commensaux3.

Si c’est bien sous Henri III qu’une première étiquette fut imposée, donnant au roi un statut supérieur à tous les hommes de grande naissance, c’est Louis XIV qui lui donna une tout autre dimension par le biais de la cage dorée versaillaise. Marqué par l’expérience de la Fronde, le Roi-Soleil fit de la proximité de sa propre personne et de l’honneur qui en découlait le moyen de tenir sa noblesse. Ainsi, les grands offices de la Couronne et de la Maison du Roi, apanages de la haute noblesse, réduits spatialement à la cour versaillaise et conjugués à l’honneur d’être dans la proximité immédiate de la personne sacrée du souverain permirent à cette dernière de mettre le second ordre au pas en mettant en place une espèce de collaboration : le roi offre l’honneur d’être auprès de lui et la noblesse participe à l’élaboration de la grandeur royale. Cette collaboration, qui est le socle du fonctionnement de la cour de France à partir de la fin du XVIIe siècle, constitue le système de commensalité auquel participe le duc de Liancourt. Elle devint un véritable « système de célébration du souverain » selon l’expression très juste de Nicolas Le Roux4.

Au sein de l’arsenal élaboré par la royauté pour mettre la noblesse de son côté et non contre elle en l’impliquant dans le cérémoniel royal, la création de l’office de grand-maître de la garde-robe apparaît comme un maillon du processus. Bien sûr, la garde-robe du Roi existait déjà, mais ce n’est qu’en 1669 que Louis XIV fait de son grand-maître un grand officier de la maison du Roi5. François de La Rochefoucauld-Liancourt, en tant que détenteur de cette charge, fait partie de ce que Sophie de Laverny appelle les commensaux originels de première classe, c’est-à-dire des quelques courtisans privilégiés, la plupart du temps issus de familles illustres et anciennes, qui se partageaient les charges les plus honorifiques et surtout celles qui supposaient la proximité directe du Roi. Dès lors, on peut dire que le duc de Liancourt, dès 1768, entre dans la sphère restreinte de l’élite des courtisans, ceux qui peuvent approcher le souverain, ceux qui ordonnancent les différents aspects de la vie quotidienne du roi, de la gestion de sa garde-robe à l’entretien de sa vie spirituelle. Parmi les gestionnaires du rituel journalier du roi aux côtés du grand maître de la garde-robe, il n’est pas inutile de rappeler la présence du grand aumônier de France, du grand maréchal des logis, du grand veneur de France, du grand louvetier de France, du grand fauconnier de France et du grand maître des cérémonies. Même s’ils ont rang de privilégiés, il ne faut pas négliger la différence qui les sépare des grands officiers de la couronne. En effet, ces derniers étaient les seuls à être directement placés sous l’autorité du monarque, tandis que les grands officiers de la maison du roi devaient le plus souvent prêter serment auprès de l’un d’eux. La finalité des offices qu’ils occupaient peut expliquer cette différence de positionnement hiérarchique. Le juriste Charles Loyseau a très bien su, en quelques mots, exprimer les rôles des deux groupes en affirmant que les grands de la maison du roi  «assistent et le servent journellement, au lieu que les autres servent l’Etat et le public et non pas directement la personne du roi6 ». L’explication est fort simple, les uns servent la personne du souverain, tandis que les autres sont aussi à son service, mais au-delà de sa personne c’est pour l’Etat qu’ils œuvrent. L’appartenance au monde restreint des grands commensaux du roi est facteur de noblesse puisque ceux-ci sont directement liés, par l’office lui-même, à la personne du monarque. La charge de grand maître de la garde-robe octroie à ses détenteurs honneur et privilèges qui sont des éléments constitutifs de ce qu’est la noblesse au sein du corps social d’Ancien Régime. De surcroît, en étant personnellement attaché au roi, d’abord Louis XV puis Louis XVI, le duc de Liancourt devient un des premiers nobles du royaume, un des grands champions de noblesse que sont les grands commensaux du roi de France.

Le brevet de survivance au cœur de la transmission dynastique

Une charge si prestigieuse n’arrive pas dans le giron d’un homme sans une transmission réfléchie et débattue. Les mécanismes de l’accession de Liancourt à la tête de la Garde-robe sont révélés par un document unique et précieux : le brevet de survivance du 24 janvier 1768. Le document révèle certains aspects juridiques ainsi que les mécaniques possibles de transmission de la charge commensale. En effet, le monarque, en l’occurrence Louis XV, déclare que le duc d’Estissac se démet de la charge « à condition de survivance en faveur du duc de Liancourt son fils aîné7 ». La notion de « survivance », sous l’Ancien Régime, désigne le fait pour le détenteur d’une charge de choisir son successeur. C’est ce que fait le duc d’Estissac, qui atteignant l’âge honorable de soixante-treize ans en 1768 et sachant pertinemment que le grand office ne lui appartient que théoriquement8, fait en sorte d’assurer la transmission de la charge à son fils aîné le duc de Liancourt. C’est de cette manière qu’un office pouvait être transmis de façon quasi héréditaire, par la résignation du vivant du titulaire, en faveur de son fils, de son cousin, ou encore de son gendre. La survivance la plus fréquente est celle qui fait succéder le fils au père, comme c’est le cas ici. Apanage de la famille de La Rochefoucauld depuis 1672, il s’agissait de continuer la tradition et aussi, pour le duc d’Estissac, d’enraciner la charge honorifique dans la lignée familiale collatérale qu’il avait constituée au travers de sa personne et de celle du duc de Liancourt. Sophie de Laverny rappelle que la plupart des grands offices de la Couronne et de la Maison du roi n’étaient pas des charges vénales, ce qui sous-entend que la succession de leur détenteur était décidée par une concertation entre celui-ci, s’il était encore en vie, et le souverain. Louis François Armand de La Rochefoucauld d’Estissac, dans un souci d’ordre dynastique, a désigné son fils comme son successeur, après en avoir entretenu le roi.

Par le biais de la survivance, le jeune duc de Liancourt accède aux mêmes privilèges commensaux que ceux du titulaire de la charge encore en exercice et son nom est inscrit sur les états de France aux côtés de celui du duc d’Estissac. En revanche, si la transmission par survivance octroie les privilèges de la commensalité au bénéficiaire, elle fait aussi échoir sur lui de potentielles surprises. Des surprises qui ne sont pas toujours très heureuses et c’est bien ce que révèle le cas du jeune La Rochefoucauld, car si son père lui lègue de son vivant une charge honorifique, il lui transmet également les créances attachées à la charge par brevet d’assurance du 1er janvier 1758.

« Sa Majesté en considération qu’elle aurait eu la bonté d’assurer au dit sieur duc d’Estissac la somme de quatre cent mille livres sur la dite charge par brevet du premier janvier 1758, lequel se trouve éteint par la dite survivance et sa Majesté voulant pourvoir à ce que la dite somme ne tombe pas en pure perte pour le sieur duc d’Estissac et assurer le paiement des créanciers auxquels la dite somme de 400 000 livres se trouve affectée et hypothéquée, comme aussi prévenir que cette même somme que le sieur duc de Liancourt sera tenu d’acquitter lorsqu’il sera devenu titulaire de la dite charge, ne tombe pas en entier en pure perte pour lui ou pour sa famille. »

Le brevet de retenue, ou plutôt brevet d’assurance selon le terme utilisé à l’époque, était en fait l’assurance par le souverain d’une somme recouvrant l’intégralité ou non de la valeur d’une charge non héréditaire9. Cette somme fixée par le roi était une assurance pour le grand officier de pouvoir rendre l’office rentable après avoir déboursé une somme colossale pour l’acquérir10. Le brevet de retenue peut être, comme c’est le cas ici, accompagné d’une liste de créanciers de l’officier qu’il permet de faire patienter en leur assurant qu’ils seront remboursés. Fréquent pour les charges de justice et d’administration, ce type de brevet l’était moins pour les charges de la Maison du roi et le cas du duc de Liancourt et de sa succession à l’office détenu par son père en donne un bel exemple. Le brevet d’assurance était généralement l’expression d’un désir du souverain de récompenser les mérites et la valeur d’un commensal, mais il semble que le cas du duc d’Estissac va bien plus loin. Par son geste généreux, Louis XV semble en 1758 vouloir appuyer son nouveau grand maître de la garde-robe et lui donner la chance de faire attendre ses créanciers auprès desquels il est endetté pour une « somme de 375 000 livres » qui correspond sans nul doute au prix d’achat de la charge. La somme importante de 400 000 livres, assurée par le roi, devait être perçue par l’héritier, c’est-à-dire par le duc de Liancourt à la mort de son père. Seulement, l’accord que Louis XV donne à la survivance en faveur de celui-ci vient annuler le brevet d’assurance de 1758 et ses clauses en vertu des règlements de 1692 et 169411. C’est pourquoi le brevet de survivance de 1768 instituant le duc de Liancourt comme successeur de son père pour la charge qu’il détient contient des clauses financières importantes destinées à organiser et à assurer le remboursement des créanciers. Ces formalités dynastiques et financières passées, le nouveau grand maître peut se mettre au service de son roi, un service attaché à la gestion des vêtements royaux mais pas seulement.

Liancourt au plus près du roi

Vêtements et chaussures : le quotidien du grand maître

Appréhender un personnage par le biais de sa fonction implique aussi de s’interroger sur son rôle exact à la cour, sur les différents aspects de l’activité liée au poste occupé. En tant que grand maître de la garde-robe du roi, quel était le rôle du duc de Liancourt ? Si l’on s’en tient aux travaux très détaillés de Sophie de Laverny qui font référence sur les commensaux, le grand maître de la garde-robe est chargé de gérer, de surveiller et de prendre soin des vêtements, linges et chaussures royaux12. Outre cela, il choisit les fournisseurs et ordonne le recours à leurs services, tout en faisant entrer les dépenses de son office dans les budgets de l’Argenterie et des Menus dont les intendants contrôleurs avaient perdu leur influence depuis que la garde-robe était dirigée par un grand officier équivalent aux Premiers Gentilshommes de la chambre, comme l’a montré Pauline Lemaigre-Gaffier dans sa thèse consacrée à l’administration des Menus Plaisirs du Roi13. Le rôle d’organisateur des approvisionnements de la garde-robe royale trouverait bien plus justement sa définition dans l’image du chef d’orchestre. Le grand maître ne coordonne jamais seul, il est secondé et aidé dans sa tâche par un cortège de gentilshommes qui sont placés sous son autorité : les maîtres de garde-robe, les premiers valets ordinaires, les valets et le porte-malle ordinaire. Au-delà de ses assistants, le gestionnaire des vêtements royaux se voit dans la nécessité de faire appel à des fournisseurs dont la majorité se concentre dans la capitale et plus particulièrement dans les quartiers fréquentés par l’aristocratie parisienne comme les faubourgs Saint-Honoré et Saint-Germain. La plus grande part des revenus des artisans de luxe provient alors du commerce entretenu avec les élites occupant les hôtels particuliers des faubourgs dorés. Pauline Lemaigre-Gaffier a mis en avant cette observation14 et il est fort intéressant de voir qu’elle se vérifie dans le cas du duc de Liancourt. En 1774, le grand maître de la garde-robe en survivance fonde une rente perpétuelle en faveur de Claude Le Duc, « ancien marchand tailleur du roi15 » qui est également le tailleur auquel le grand maître lui-même fait souvent appel pour ses propres vêtements. L’exemple illustre bien les interactions existant entre le dirigeant et responsable de la garde-robe d’une part et les tailleurs du roi d’autre part. Le recours à leurs services montre à quel point la construction du portrait curial du roi est en phase avec les modèles de consommation de luxe des grands aristocrates parisiens.

Son grand office lui octroie, comme cela a été dit précédemment, une place privilégiée dans le premier cercle courtisan autour du roi. Le grand maître doit être présent dès le lever royal. Après le réveil officiel il entre dans la chambre, sur invitation du premier valet et en compagnie de la famille royale, des princes du sang ainsi que des autres grands officiers : ce sont les grandes entrées16. Il demande alors au monarque les vêtements à préparer pour le lendemain. Puis, quand le roi s’habille, c’est à lui que revient le privilège de lui remettre l’épée et le cordon bleu de l’ordre du Saint-Esprit. La cérémonie du coucher donne aussi au grand maître l’occasion d’intervenir. Comme le rappelle Félix de France d’Hézecques dans ses Souvenirs d’un page de la cour de Louis XVI, après la prière, le roi ôte ses habits et c’est le duc de Liancourt qui tire la manche droite, tandis qu’un maître tire celle de gauche17. Les prérogatives du duc de Liancourt tiennent donc majoritairement à la gestion des biens vestimentaires du roi, mais il existe au moins une autre mission pour le moins originale.

Le gardien d’une partie des diamants de la Couronne

La « liste des Diamants de la Couronne employés au service de la personne de Sa Majesté remis à la garde-robe entre les mains de Monseigneur le duc de Liancourt18 » fournit un témoignage précieux qui nous renseigne sur le caractère bien plus pointu de la tâche du grand maître auprès du souverain. Au-delà des vêtements, il se retrouve responsable d’une belle partie des Diamants de la Couronne de France ce qui l’inscrit encore plus dans la proximité immédiate du souverain, surtout lorsque l’on sait l’importance et l’attention données par la monarchie française à ses joyaux depuis le règne de François Ier et la création du Trésor inaliénable. L’inventaire de 1783 de ces diamants, au-delà de la puissance nobiliaire qu’il confère au duc de Liancourt par le biais du service rapproché du roi qu’il laisse entendre, peut également être le point de départ d’une étude historio-gemmologique. Historique par le lien qu’il est légitime de faire entre le duc de Liancourt, les joyaux et le roi. Gemmologique par le contenu matériel de l’inventaire qui contient des joyaux remarquables tant par leur histoire que par leurs qualités. Le lien qui existent entre le grand office et les joyaux semble être déjà établi puisque Jacob-Nicolas Moreau évoque dans ses Souvenirs et alors qu’il relate les suites du décès de Louis XV, le droit du grand maître à disposer des diamants trouvés dans la toilette du roi défunt. En 1774, le duc d’Estissac refuse les 250 000 livres de diamants découverts et les remet au jeune Louis XVI qui lui rétorque qu’il s’agit d’un droit qui découle de sa charge19. L’affaire témoigne de la place des bijoux de la Couronne dans l’ensemble des droits et devoirs que suscite le grand office, même si ce droit que rapporte Moreau reste encore pour le moins mystérieux. A son tour, l’inventaire de 1783 apporte son lot d’informations quant à ces devoirs de gestion et de garde des diamants. Le grand maître de la garde-robe se voit devenir le garant de bijoux et de pierres précieuses dont la valeur est estimée à 2 738 300 livres. A titre de comparaison, le grand inventaire de 1691, plusieurs fois cité dans la liste de 1783 quand il s’agit de faire référence aux diamants provenant des acquisitions du Roi-Soleil, faisait état de 5885 diamants, 1588 pierres précieuses et 488 perles pour un montant total de 11 430 481 livres20. Cette comparaison simple reflète le souci de la couronne de France de mettre à l’abri ses joyaux en les préservant d’un risque global par la division de ceux-ci en plusieurs lots remis à la garde et à la surveillance de plusieurs grands officiers de la Couronne. Le lot remis entre les mains du duc de Liancourt constitue à lui seul un gage de la confiance totale du souverain. Sa composition nous permet de jeter un coup d’œil sur une partie non négligeable des joyaux de Louis XVI. Sept articles sont décrits très précisément : une épaulette composée de douze diamants roses estimée 324 000 livres, la Toison d’or en diamants et pierres de couleur estimée 1 290 000 livres, une autre toison estimée 403 000 livres, la croix du bas du cordon de l’ordre du Saint Esprit estimée 200 000 livres, la plaque du Saint Esprit du roi estimée 260 000 livres, une autre croix du cordon de l’ordre du Saint Esprit estimée 158 000 livres et une autre épaulette estimée 103 300 livres. L’insigne de l’Ordre de la Toison d’or est le bijou le plus précieux confié à la garde du duc de Liancourt. Sa description donne à voir les grands symboles de cet ordre d’origine bourguignonne et devenu espagnol qui passa sous la domination des Bourbons d’Espagne au XVIIIe siècle. Le dragon en rubis spinelle rouge représente le gardien qui selon la mythologie grecque surveillait la toison en or, suspendue à un chêne, du bélier Chrysomallos offert en sacrifice à Zeus. La toison d’or en elle-même, reprise au dragon par Jason, est l’image de Jérusalem21. Si l’on étudie méticuleusement la composition de la Toison d’or, un des diamants ressort plus que les autres. Il s’agit du mythique diamant bleu originaire d’Asie et tombé entre les mains du Roi-Soleil en 167122. Louis XIV l’aurait fait tailler pour lui donner un poids de 69 carats et le faire incruster à sa toison d’or. Il s’agissait alors du plus grand diamant bleu, donnant au Roi de France une bonne place dans la course aux plus beaux joyaux. Cette merveille de joaillerie apparaît dans la liste des diamants confiés au duc de Liancourt : « Un très grand diamant, brillant, bleu, ayant beaucoup de dessous, forme en cœur, d’eau vive et nette, désigné par l’inventaire de 1691, pesant 67 carats 1/8, lequel a été retaillé depuis et estimé 1 000 000 livres23 ».

Extrait de la liste des diamants de la Couronne remis à la garde du duc de Liancourt; Archives privées du château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, Carton E7b, 1783.

L’estimation de sa valeur fait état d’une somme astronomique puisque son prix estimé équivaut au tiers de la valeur totale du lot et au dixième de la valeur des joyaux du roi de France. La description de cette pierre est révélatrice de son caractère fabuleux. Le rédacteur exprime en quelques lignes la beauté sans limite de l’objet, révélant en sous-entendu l’immense responsabilité donnée au duc et de fait la confiance et l’amitié que le monarque lui offre. Il est précisé que le diamant a été retaillé depuis l’inventaire de 1691 dans lequel il affiche un poids de 69 carats. Le poids de la précieuse gemme a donc légèrement diminué pour être adapté à l’insigne de la toison d’or voulu par Louis XV. Celui-ci contient un autre grand diamant carré, pesant 42 carats et estimé 200 000 livres. La liste évoque d’autres parures liées aux ordres royaux. En premier lieu les attributs de l’Ordre du Saint-Esprit dont la croix est constituée de plusieurs diamants et brillants, la plaque de l’ordre ornée de dix-sept diamants, le Saint Esprit composé de trois rubis spinelles. Outre ces parures représentatives de la royauté française, des éléments de prime abord moins notables comme une simple épaulette recèlent de vrais joyaux tels que des diamants de renom. C’est le cas de l’épaulette du lot confié au duc qui contient un diamant offert aux joyaux de la couronne par le cardinal de Richelieu : « Un diamant taillé en en rose, la couronne plate, appelé le Richelieu donné à la Couronne par feu M. le Cardinal de Richelieu, en forme de cœur, de belle eau, ayant un fort petit éclat au milieu d’une facette, estimé 70 000 livres ». Un peu plus loin apparaît dans une « autre Toison » le diamant appelé « Second Mazarin » : « Un grand diamant, brillant, numéro deux, à demi fond, appelé le second Mazarin, long, de belle eau, blanc net, pesant 33 carats 3/8 suivant l’inventaire de 1691. Lequel diamant a été retaillé depuis et estimé 240 000 livres ». Ce quatrième grand diamant ne fait que confirmer la confiance placée en la personne du duc de Liancourt en tant que grand maître de la garde-robe. Grand organisateur des vêtements ordinaires du roi24, voilà sa mission première, mais cela va bien au-delà d’une simple orchestration des habits royaux. Le duc se révèle au travers de ses papiers comme étant une véritable personne de confiance à laquelle Louis XVI, en 1783, vient confier la garde d’une partie de ses bijoux. La valeur impressionnante des différentes pierres souligne la confiance et l’importance accordées à la charge de François Alexandre Frédéric ainsi qu’à sa propre personne. Le grand office est donc bien un facteur de rapprochement de son titulaire avec le souverain, ce qui ne fait que renforcer la noblesse que la charge donne à son détenteur.  

Les revenus et le prestige du grand maître

L’office en revenus

Le grand office de la garde-robe octroie proximité du roi et, par-là, noblesse à son grand maître. Mais concrètement, que lui rapporte-t-il ? Quels revenus sont attachés à la fonction ? La réponse se trouve dans les comptes du duc de Liancourt et dans ceux de la succession du duc d’Estissac. Divisés en chapitres, ces « compte-rendu des revenus de Monsieur le duc de Liancourt et de Madame la duchesse » font systématiquement apparaître une rubrique réservée aux « revenus liés à la charge de grand maître de la garde-robe du Roi ». Il a ainsi été possible d’observer le détail de ces revenus pour une période s’étendant de 1777 à 1788.  Il ressort de cet échantillonnage que de 1777 à 1782 le grand maître en survivance bénéficie d’une pension de 8 000 livres par an25. Cela rejoint ce qu’avance Sophie de Laverny à propos des officiers et grands officiers en survivance qui bénéficient des mêmes privilèges que le titulaire de l’office26. Le cas de François Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld montre que le successeur désigné et officialisé par le bon vouloir du roi reçoit une rétribution financière pour un service qu’il n’exerce pas encore directement.

La somme n’est bien sûr pas négligeable, mais en épluchant les comptes, il apparaît que le duc de Liancourt ne la touche que rarement, celle-ci étant la plupart du temps remise au trésorier de la garde-robe, Monsieur Leleu, pour rembourser certaines dettes. La pension n’est reçue par le comptable François qu’en 1777 pour être portée dans les comptes. Les autres années, le comptable précise que cette pension est utilisée pour éponger certaines sommes « dues à Monsieur Leleu27 ». Les choses changent en 1783 quand, le 28 mai, le duc d’Estissac meurt. Liancourt devient alors automatiquement grand maître de la garde-robe titulaire en vertu du brevet de survivance de 1768. Dès 1783, ses revenus augmentent considérablement. Les données des années 1784, 1786 et 1787 sont manquantes, mais il est possible de dégager quelques conclusions à partir des revenus retrouvés28. La première chose à préciser est que la somme indiquée en livres est un chiffre brut. Le duc n’en touche pas l’intégralité mais elle correspond à la valeur globale du service rendu et des « émoluments et appointements » de la charge de grand maître de la garde-robe. Le deuxième aspect important tient dans la variabilité de la somme qui change d’une année à l’autre. Cela est dû à la composition variée de la rétribution. Au moins deux types de revenus existent et sont liés au grand office. D’abord, le revenu direct constitué par les « émoluments et appointements » de la charge que le comptable appelle « produit net » et qui est lui-même variable d’une année à l’autre. Le produit direct est le salaire du grand officier, il émane directement du trésor royal et se subdivise en deux parties : les gages qui sont la rémunération basique et plutôt faible, 3 400 livres annuelles selon les comptes de la Maison du Roi de 1775 et des pensions supplémentaires décidées par le souverain pour permettre le bon fonctionnement de l’office ou encore le « droit à la bouche à cour » qui correspond à une pension allouée à l’officier pour ses frais de bouche à la cour29. Son montant se situe toujours dans une fourchette de 15 000 à 25 000 livres par an.

Néanmoins, il faut ajouter à ces rémunérations directes des revenus secondaires qui fluctuent au cours du temps et qui complètent les émoluments et appointements. Parmi ces revenus complémentaires, des fournitures ou du matériel de l’office peuvent être vendus de même que d’autres charges relevant du grand maître de la garde-robe. Les comptes du duc d’Estissac montrent que celui-ci est friand de ce genre de revenus secondaires : en 1766 il perçoit 8 233 livres après des ventes de fournitures. Bien sûr, cette rémunération est brute et le montant est systématiquement amputé d’une somme plus ou moins importante. Chaque année, la capitation du duc de Liancourt s’élève à 3675 livres et est directement prélevée sur les revenus du grand office, c’est le cas en 1788 par exemple30. Par ailleurs, les comptes donnent à voir le caractère parfois aléatoire du versement des émoluments. Comme l’a montré Sophie de Laverny, le roi n’est parfois pas en mesure de verser la somme31. En 1788, le revenu de la charge représente 34 312 livres, mais le grand maître ne touche qu’un acompte de 12 577 livres, le reste devant être versé l’année suivante. Ces montants demeurent toutefois élevés, malgré la forte dévaluation que connaît la livre depuis le XVIIe siècle et surtout si l’on compare ces revenus à ceux d’officiers de deuxième classe. Outre les revenus financiers, le grand office offre au duc de Liancourt un tout autre gain, symbolique celui-ci. Il s’agit du prestige qu’il octroie à son détenteur, prestige qui est l’apanage de la maison de La Rochefoucauld.

Perpétuer le prestige familial

A nouveau, le brevet de survivance du 24 janvier 1768 instituant le duc de Liancourt en tant que « grand maître de la garde-robe du roi en survivance32 » intervient en étant le reflet du poids de l’héritage familial que suppose l’office. Les premières lignes en sont révélatrices, surtout quand c’est le Bien Aimé lui-même qui déclare : « Aujourd’hui vingt-quatre janvier 1768, le roi étant à Versailles ayant agréé que le duc d’Estissac, Grand Maître de la garde-robe de Sa Majesté se démit de la charge à condition de survivance en faveur du sieur duc de Liancourt son fils ainé ». Dès le préambule, l’accent est mis sur la nature familiale de l’office de grand maître de la garde-robe. Si le duc de Liancourt en devient titulaire en survivance en 1768, son père Louis Armand François de La Rochefoucauld en est le détenteur depuis 1758 : « Sa Majesté en considération qu’elle aurait eu la bonté d’assurer au dit sieur duc d’Estissac […] la dite charge par brevet du premier janvier 1758 ». Il s’est donc écoulé dix années avant que le duc d’Estissac ne pense à assurer le maintien du grand office dans la famille et qui plus est, dans sa lignée, par l’intermédiaire du choix de son successeur. Le poids de cet héritage familial ne commence cependant pas avec Estissac.

La charge est entrée dans cette vieille famille d’extraction charentaise bien avant 1758. L’arrivée de Louis Armand François à cette charge n’est pas le fruit du hasard. Avant lui, la garde-robe était dirigée par Alexandre duc de La Rochefoucauld (1690-1762), le père de Marie de La Rochefoucauld, autrement dit son beau-père. Il la tenait lui-même de son père : le duc François VIII. Mort en 1762, Alexandre a pourtant laissé sa place à la tête des vêtements du roi à son gendre en 1758. Pourquoi ? Au moins deux raisons peuvent faire office de réponse. La première tient au fait que le grand aristocrate, proche et apprécié de Louis XV, se laissait souvent aller à dire le fond de sa pensée, notamment à propos des aventures extraconjugales du monarque. Comme l’a expliqué Jack Koeppel, cela fut plusieurs fois le motif de renvois dans son domaine de La Roche-Guyon33. En 1744, le roi souffrant à Metz d’un mal qui fit craindre pour sa vie, Alexandre exprime son désaveu vis-à-vis de sa relation avec la duchesse de Châteauroux. Celle-ci obtint le renvoi du grand maître de la garde-robe, une fois le roi guéri. Le duc ne reparut à la cour que dix ans plus tard, en 1754. Un caractère affirmé a pu conduire le duc à réitérer ce genre de confrontation directe au péril de sa présence à la cour. Aucune source ne peut nous certifier que ce fut la cause de sa démission ou de son renvoi en 1758, mais il y a là une piste. Une autre réponse, plus banale, voudrait qu’Alexandre ait quitté sa fonction de façon volontaire en raison de son âge devenant honorable, n’oublions pas qu’il a alors soixante-huit ans, ou bien pour se retirer définitivement dans son domaine de La Roche-Guyon qu’il aimait à arpenter et à gérer. Quoi qu’il en soit, le vieux courtisan à la parole moralisatrice, n’ayant pas d’héritier mâle, laisse sa place à son gendre, dont on sait que le roi l’appréciait beaucoup, mais qui a dû payer le prix de la charge pour la maintenir dans le patrimoine de la maison, comme nous le dit Frédéric-Gaétan de La Rochefoucauld, le troisième fils du duc de Liancourt : « C’était une charge dont son père avait payé la finance 400 000 livres34 […]. », et c’est aussi ce que semble indiquer la somme assurée par le brevet de retenue émis en sa faveur en 1758.

Encore une fois, l’ancrage du grand office dans le giron de la maison de La Rochefoucauld peut être remonté dans le temps. Nicolas Le Roux rappelle à juste titre que sous Louis XIII, la charge de « maître de la garde-robe » avait été scindée en deux pour être assumée par le marquis de Rambouillet, Charles d’Angennes, et par le duc de La Rochefoucauld, François V35 (1588-1650). Déjà un représentant de la famille était auprès du monarque pour la gestion de ses vêtements et chaussures. Il est même possible de faire remonter l’origine de la place que les aînés de la famille occupent à la cour au XVe siècle, quand Guy VIII, Foucauld III et Jean Ier de La Rochefoucauld furent à tour de rôle chambellan de Charles VII puis de Louis XI36. Néanmoins, c’est avec le règne personnel de Louis XIV que cette position privilégiée auprès du roi se formalise et se ritualise. En 1669, le grand office de grand maître est institué pour Jacques-Guy de Chaumont qui était maître de la garde-robe depuis 1656. Tué en 1672 au passage du Rhin, ce dernier fut remplacé par François VII, duc de La Rochefoucauld (1634-1714), qui avait montré son attachement à la personne royale, apaisant dans l’estime du Roi-Soleil la méfiance suscitée par le parti pris par son père François VI durant la Fronde. Dès lors, les aînés de la maison charentaise s’attachèrent à toujours maintenir l’office dans leur dynastie, comme un gage de son ancienneté, de sa valeur, de son rang au sein du second ordre. François VII, François VIII (1663-1728), Alexandre, Louis Armand François, puis François Alexandre Frédéric furent successivement les détenteurs de cet office prestigieux. Observer la trajectoire de cette charge honorifique revient finalement à suivre une aventure familiale mue par la collaboration des La Rochefoucauld avec la personne royale. Le vêtement crée l’apparence qui elle-même reflète le rang social. Gérer la vêture du Roi c’est donc organiser son apparence qui doit en l’occurrence refléter la majesté et l’autorité royales. Par le grand office, la lignée charentaise se retrouve associée à la représentation publique et incarnée de la monarchie, un privilège qui a été une source considérable de prestige tout au long du XVIIIe siècle.

 En fin de compte, le grand office de la garde-robe constitue un triple avantage pour le duc de Liancourt. D’abord, il lui octroie le bénéfice d’un nom prestigieux qui demeure attaché au grand office et ainsi au service de la personne du roi. Il lui offre d’autre part la confiance du souverain ainsi que son amitié et sa proximité, ce qui renforce sa perfection nobiliaire et son rang au sein de la haute noblesse, celle qui fournit les grands commensaux. Comme l’a dit Pierre Guyot dans son Répertoire universel et raisonné de jurisprudence cette charge lui donne « une distinction éminente et une noblesse parfaite37 ». Nul besoin d’éclaircir ce passage qui illustre à merveille ce que représente le grand office pour son détenteur : il est un gage de noblesse. La charge de grand maître de la garde-robe du roi est aussi l’occasion de percevoir des revenus dont le montant est relativement intéressant, d’autant plus que le duc de Liancourt n’a pas acheté sa charge mais en a hérité. Bien que dévolus au remboursement des emprunts et des dettes, ces revenus prennent place dans le train des grandes recettes aristocratiques. François Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld-Liancourt eut donc un rôle à la cour, et pas des moindres ! On peut sans craindre de se tromper affirmer qu’il fut un domestique commensal des deux rois Louis XV et Louis XVI, mais il est également important de rappeler qu’il n’avait pas l’esprit de cour. Le duc de Liancourt fut un serviteur de la monarchie, de la personne royale plus précisément, mais ne fut pas un homme de cour. Attaché à sa fonction, il refuse à Louis XVIII de la céder, ce qui lui valut quelques ennuis au cours de sa visite du Canada pendant son exil américain entre 1794 et 1799. C’est finalement lors de la Première Restauration, en 1814, que l’ancien comte de Provence devenu roi régnant octroie la charge au premier duc de Blacas, son favori. L’année 1814 marque donc la fin d’une aventure familiale dans les coulisses du protocole royal, entamée près de deux siècles plus tôt.

Jean-Charles Daumy


(1) M. Chiozzotto, « Les apparences vestimentaires de Louis XV : la composition de la garde-robe du souverain pour l’année 1772 », Apparence(s) [En ligne], 4 | 2012, Connexion le 06 Septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/apparences/1179 ; (2) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, Carton E7a, Acte de fondation de rente perpétuelle en faveur de Jean Baptiste Joseph Duval, bourgeois de Paris, 8 août 1776, non paginé ; AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, carton E7a, Acte de fondation de rente perpétuelle en faveur de François René Pelard, concierge, du 22 mars 1781, non paginé ; (3) S. de Laverny, Les domestiques commensaux du roi de France au XVIIe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2002, p.25 ; (4) N. Le Roux, Le Roi, la Cour, l’Etat. De la Renaissance à l’absolutisme, Seyssel, Champ Vallon, 2013, p.21 ; (5) S. de Laverny, op. cit., p.26 ; (6) C. Loyseau, Cinq livres du droit des Offices, Paris, 1610, livre IV, chap. III, p.426 ; (7) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, Carton E6b, Brevet de survivance du 24 janvier 1768 par laquelle le duc de Liancourt devient grand maître de la garde-robe en survivance, non paginé ; (8) S. de Laverny, op.cit., p.71. Les offices de la Maison du Roi, comme beaucoup d’autres, n’appartiennent que théoriquement à leur détenteur, puisque le propriétaire réel de ces charges est le souverain lui-même ; (9) L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, entrée « Lumières », Paris, PUF, 1996, p.179 ; (10) S. de Laverny, op. cit.., p.182 ; (11) Arrêts du conseil d’Etat des 17/11/1692 et 25/01/1694 dans, P. Prault, Code des Commensaux, Tome I, Paris 1720, p. 314-322 et p. 326-328 ; (12) S. de Laverny, op. cit., p.34 ; (13) P. Lemaigre-Gaffier, Administrer les menus plaisirs du roi. L’Etat, la cour et les spectacles dans la France des Lumières, Ceyzérieu, Champ Vallon, 2016, p.54 ; (14) P. Lemaigre-Gaffier, ibid., p. 261-263 ; (15) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, Carton E7a, Fondation de rente perpétuelle en faveur de Claude Le Duc, 1774, non paginé ; (16) F. Leferme-Falguières, Les courtisans. Une société de spectacle sous l’Ancien Régime, Paris, PUF, 2007, p. 54 ; (17) F. de France d’Hézecques, Souvenirs d’un page de la cour de Louis XVI, Paris, 1873, p. 167 ; (18) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, Carton E7b, Liste des Diamants de la Couronne employés au service de la personne de Sa Majesté remis à la garde-robe entre les mains de Monseigneur le duc de Liancourt, 1783, non paginé ; (19) J-N. Moreau, Mes souvenirs, Deuxième partie (1774-1797), Paris, Plon, 1898, p.368 ; (20) B. Morel, Les joyaux de la couronne de France, Paris, Albin Michel, 1988, p.166 ; (21) Claude Ducourtial-Rey, « Ordre de la Toison d’or ». In Universalis éducation [en ligne]. Encyclopædia Universalis, consulté le 17 avril 2017. Disponible sur http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/ordre-de-la-toison-d-or/ ; (22) F. Farges, S. Sucher, H. Horovitz, J-M. Fourcault, “Deux découvertes majeures autour du diamant bleu de la couronne”, in Revue de Gemmologie AFG, n°165, 2008, p. 17-24 ; (23) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, Carton E7b, Liste des Diamants de la Couronne employés au service de la personne de Sa Majesté remis à la garde-robe entre les mains de Monseigneur le duc de Liancourt, 1783, non paginé ; (24) Pauline Lemaigre-Gaffier, op. cit., p. 63. L’auteur explique que l’office de grand maître de la garde-robe a été créé par Louis XIV afin d’éclaircir les prérogatives des Premiers Gentilshommes de la chambre et des maîtres de la garde-robe, les uns et les autres se disputant la responsabilité des vêtements du monarque. Finalement, les premiers deviennent responsables des habits extraordinaires du roi et le nouveau grand maître de la garde-robe est chargé de diriger les services liés aux vêtements ordinaires ; (25) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, carton E10c, Comptes que rend Jacques Asseline au duc de Liancourt pour les années 1777 à 1782, non paginés ; (26) S. de Laverny, op. cit., p. 94-95 ; (27) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, Carton E10c, Comptes des revenus du duc de Liancourt que rend François pour l’année 1781, non paginé. Monsieur Leleu est désigné comme étant le trésorier de la garde-robe, on retrouve sa trace dans les comptes de la Maison du Roi en 1775 : Comptes de Louis XVI publiés par le comte de Beauchamp d’après le manuscrit autographe du Roi conservé aux Archives nationales.  Paris, Librairie Henri Leclerc, 1909 ; (28) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, carton F5a, Comptes que rend le sieur François des revenus des biens de la succession du duc d’Estissac, années 1783 à 1789, non paginé ; (29) S. de Laverny, op. cit., p. 189-190 ; (30) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, carton E10c, Comptes des revenus du duc de Liancourt rendus par Jacques Asseline, année 1788, non paginé ; (31) S. de Laverny, op. cit., p. 189 ; (32) AP Château de La Rochefoucauld, Fonds Liancourt, Carton E6b, Déclaration royale du 24 janvier 1768 instituant François Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld duc de Liancourt en tant que grand maître de la garde-robe en survivance, non paginé ; (33) J. Koeppel, « Le Duc de La Rochefoucauld-Liancourt 1747-1827 » in Actes du colloque La Révolution dans le Clermontois et dans l’Oise organisé à Clermont les 7 et 8 octobre 1989 par le GEMOB et la Société archéologique et historique de Clermont, p.54 ; (34) F-G de La Rochefoucauld, Vie du duc de La Rochefoucauld-Liancourt, Paris, Imprimerie de A. Henry, 1831, p. 59 ; (35) N. Le Roux, « La Maison du Roi sous les premiers Bourbons. Institution sociale et outil politique », in C. Grell et B. Pellistrandi (dir.), Les cours d’Espagne et de France au XVIIe siècle, Madrid, Casa de Velàzquez, 2007, p.23 ; (36) Société Archéologique de Bordeaux, Bulletins et mémoires, Bordeaux, 1874, p.284-285 ; (37) P. Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, tome V, 1784-1785, p. 675.

Article mis à jour le 07/09/2019.


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Daumy dit :

    Bonjour,
    Merci de votre lecture et de votre commentaire !
    Les bijoux de la Couronne confiés en 1783 au duc de Liancourt semblent également passer au garde meuble. Le lot était entre les mains du duc d’Estissac puis passe entre celles de son fils après sa mort en 1783. Liancourt semble être le dernier grand maître La Rochefoucauld à avoir réellement eu la garde d’une partie des bijoux. Après cela, ils ont été l’objet d’un cambriolage resté célèbre en 1792. Après une enquête, une grande partie d’entre eux a pu être retrouvée. Mais le diamant le plus fabuleux, le grand diamant bleu, est demeuré introuvable. Il faut attendre les années 2010 pour qu’un moulage en plomb de ce diamant soit retrouvé dans les archives du muséum d’histoire naturelle. Ce moulage a permis de lever le voile sur les doutes qui planaient au dessus du célèbre diamant « Hope » dont les spécialistes avaient depuis longtemps remarqué les similarités avec le diamant de Louis XIV. La superposition du Hope sur le moulage de plomb montre bien que le diamant anglais, apparu presque miraculeusement au début du XIXe siècle, s’inscrit parfaitement dans les dimensions du grand diamant bleu. Le Hope ne serait donc rien de plus que le diamant volé en 1792, revendu en Angleterre et retaillé pour ne pas être remarqué !
    Quant à la fameuse réplique lors de
    l’échange entre Liancourt et Louis XVI, il faut évidemment la prendre avec des pincettes et la voir comme un mot apocryphe comme je l’ai fait en début de billet, même si sa plus ancienne mention remonte à 1795 ! Et c’est Liancourt lui-même qui l’utilise pour défendre sa demande de radiation de la liste des émigrés.

    • Aurore Chery dit :

      D’accord, j’ai encore une question. Est-ce que l’inventaire a été fait au moment où Liancourt à reçu les diamants ou au moment où il les a remis ? Je vous demande ça parce que j’ai du mal à déterminer quel était véritablement l’état de la relation entre Louis XVI et Liancourt. Ca reste énigmatique pour moi. La relation ne semble pas avoir été très bonne avec la branche cousine. Aussi, je ne suis pas certaine que ce soit de la confiance. Lui confier les diamants pouvait aussi être un moyen de le compromettre à un moment ou à un autre, si jamais on découvrait qu’il en manquait Je ne sais pas ce qu’il en est, mais je pense que c’est une option qu’il ne faut pas négliger. Louis XVI était quelqu’un de vraiment compliqué, retors et très calculateur. Ce qui est certain c’est que, en 1791, Thierry a fait mine d’avoir égaré l’inventaire de 1783.

      Merci pour la précision concernant « Non, sire, c’est une révolution ». C’est intéressant que ça apparaisse déjà sous le Directoire et donc du vivant de Liancourt. Ca aussi, ça m’inciterait à penser que la relation n’était pas très bonne avec Louis XVI. Est-ce que vous auriez la possibilité de me communiquer la référence de 1795 ?

      • jeancharlesdaumy dit :

        Concernant le moment précis de rédaction de l’inventaire, je ne peux malheureusement pas aller plus dans le détail car rien de plus n’est précisé. Je pense néanmoins qu’il a été rédigé au moment de l’entrée en fonction du duc, au moment où il remplace son père.
        C’est une option à garder en tête mais je ne pense pas que la relation fut tendue entre Liancourt et Louis XVI. Les sources vont plutôt dans le sens contraire. La biographie écrite par son fils, Frédéric-Gaétan, en 1831, parle d’une véritable amitié entre les deux personnages qui auraient eu des centres d’intérêt convergents. En 1786, lors du voyage à Cherbourg, Louis XVI invite Liancourt à le suivre et sur le chemin du retour, la compagnie s’arrête chez son cousin, le cardinal de La Rochefoucauld, archevêque de Rouen. Dans la Gazette nationale du 2 avril 1790, les mots de Liancourt sont rapportés et affirment son attachement à « la personne du roi par sentiment à ses qualités et à ses vertus ». Le 10 juillet 1792 le duc prête une somme évaluée par ses fils à 190 000 francs tournois en 1828 lorsqu’ils discutent avec le baron de La Bouillerie du remboursement de cette somme. Frédéric-Gaétan affirme que ce prêt était destiné à améliorer le quotidien de la famille royale, mais peut-être était-il destiné au financement d’une éventuelle fuite par Rouen … Le positionnement de Liancourt vis-à-vis de Louis XVI, prenant constamment sa défense, a conduit au mandat d’arrêt lancé contre lui à l’été 1792 et qui l’a contraint à l’exil. La relation entre les deux est complexe, Liancourt ayant été tiraillé par son intérêt pour une forme de monarchie constitutionnelle, pour certaines des idées révolutionnaires d’une part, et par son attachement à la monarchie et à la personne royale d’autre part.
        Le mémoire de 1799 (j’ai parlé trop vite en disant 1795) est envoyé aux « citoyens directeurs » et reprend les faits de Liancourt au début de la Révolution. Il s’agit de rappeler qu’il a été le proche de Louis XVI qui a réussi le 15 juillet 1789 à convaincre le roi de se tourner vers l’Assemblée. Il est conservé dans le carton E13b des archives privées du château de La Rochefoucauld. Il est très probable que Liancourt ait insisté sur son rôle de juillet 1789 pour montrer qu’il a été le conseiller « révolutionnaire » de Louis XVI, et ainsi faciliter sa radiation de la liste des émigrés puisque c’est bien l’objectif de ce mémoire.

        • Aurore Chery dit :

          Décidément, je suis toujours aussi perplexe. Ce devait être un fin politique pour se laisser aussi difficilement deviner.
          Disons qu’il est difficile de se fier aux témoignages familiaux, surtout publiés après 1830. On veut toujours redorer le blason des ancêtres et ces années ont été un grand moment de réécriture de l’histoire de la Révolution.
          Quant à Louis XVI, vraiment il est compliqué à comprendre et il se trouve souvent là où on ne l’attend pas.
          Le fait que Liancourt ait soutenu la monarchie constitutionnelle ne plaide pas en faveur d’une entente avec Louis XVI, mais en même temps vous dîtes que c’était un soutien plutôt modéré.
          Ce qui m’apparaît le plus troublant, c’est le financement de 1792. En juillet, Louis XVI n’avait absolument aucune envie d’aller à Rouen. Par conséquent, si Liancourt a vraiment participé à ça, ça veut dire qu’il a financé une tentative d’enlèvement et donc un complot contre le roi. Au même moment, Governor Morris dit aussi qu’il travaille pour le roi alors que, dans les faits, comme l’ont repéré les Affaires étrangères ensuite, il travaille pour l’Angleterre et donc pour les ennemis du roi.
          Ce qui pourrait éventuellement apporter des éléments décisifs, c’est le rôle exact que Liancourt a joué auprès de Michaux en Amérique. L’a-t-il aidé ou l’a-t-il espionné pour concourir à sa perte ?
          Merci en tout cas pour toutes ces informations.

          • Jean-Charles Daumy dit :

            A la lecture de ces sources, je pense que Liancourt a voulu conseiller Louis XVI pour le faire aller dans une direction et tenter un sauvetage in extremis de la personne royale. Le prêt de 1792 est fait directement à Louis XVI et ne transite pas par d’autres fonds, c’est ce que semble dire la lettre de 1828 qui mentionne la reconnaissance de dette écrite de la main du roi. Liancourt a très bien pu prêter cet argent, la majorité de ses économies puisqu’il ne lui reste plus grand chose pour son propre exil, en espérant convaincre Louis XVI de s’en servir pour une éventuelle fuite: ce qui évidemment n’a pas eu lieu. En somme, le duc aurait pu être un ami du roi au point d’aller à l’encontre de la volonté de Louis XVI.
            Quoi qu’il en soit, c’est une période qui voit les événements se précipiter et les choses ne sont pas toujours très claires.
            Merci beaucoup pour cet échange passionnant en tout cas !

  2. Aurore Chéry dit :

    Merci pour ce billet. Une question me vient : que deviennent les diamants de la Couronne confiés à La Rochefoucauld-Liancourt quand, en 1784, l’ensemble des diamants passe au Garde-Meuble sous la surveillance de Thierry de Ville d’Avray ?

    Je resterais prudente, aussi, sur la formule « Non sire, c’est une révolution ! », qui a tout l’air d’un apocryphe de la Monarchie de Juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search